Cuisine

Puis on déjeune entre 14h et 16h30. Pour ceux qui se sont contentés d’un petit déjeuner léger, c’est le repas le plus important de la journée, comme en atteste la comida corrida, servie dans la plupart des restos. Le soir, ces mêmes restos ne proposent que des plats à la carte, jusqu’à 21h-22h, plus tard dans les grandes villes ou les stations balnéaires. Mais en réalité, chez eux, les Mexicains ne mangent guère au dîner. Ils déjeunent tellement tard qu’ils se contentent généralement d’un en-cas en soirée. 
Que ces horaires ne vous inquiètent pas : dans la pratique, les Mexicains n’ont pas vraiment d’heure fixe pour manger. On grignote dès qu’on a faim, c’est-à-dire à toute heure du jour. C’est bien pratique parce que les restos sont toujours ouverts.

Les restaurants

On trouve au Mexique des restaurants pour toutes les bourses et tous les goûts. Du moins cher au plus chic :

- les puestos, petits bouis-bouis ambulants qui proposent des tacos, des quesadillas ou des tortas (sandwichs) ;

- dans chaque ville, il y a un mercado de la comida à l'intérieur du marché principal, concentration de petits comptoirs (les comedores) qui servent une nourriture typique et bon marché ;

- les fondas, petits restos traditionnels qui servent des menus complets à midi, la fameuse comida corrida : soupe, plate de résistance avec riz et frijoles (haricots rouges), dessert. C'est généralement familial, bon et pas cher ;

- les restos de chaîne, genre Vip'sSanborns100 % Natural ou autres Wing's. C'est plus soft, plus cher mais parfait pour mettre l'estomac en vacances.

- Il y a une grande variété de restaurants : outre les restos ordinaires ou classiques, un nombre croissant d’établissements plus chic proposent une « nouvelle cuisine mexicaine » ou internationale, sans oublier les restos italiens, les pizzerias, les japonais, quelques chinois (chifas) et les inévitables fast-foods.

Le piment (chile)

Vous n'y couperez pas ! C'est la substance qui confère son piquant au chile, le fameux piment mexicain. Il paraît qu'il y en a plus de 250 variétés ! Le plus « doux » est le chile Poblano, qu'on utilise farci de viande. L’un des plus forts est le chile Tabasco.

N'hésitez pas à manger épicé. Cette nourriture est parfaitement adaptée au pays : elle fait transpirer, élimine les toxines et chasse les moustiques. Et les piments désinfectent, en plus d'être une bonne source de vitamines A et C. Les Mexicains s'en servent également pour guérir la cruda (gueule de bois) !

Avertissement : les chiles les plus brûle-gorge sont souvent les plus petits et le meilleur remède pour atténuer leur brûlure n’est pas de boire de l’eau, mais bien du lait !

Quelques plats courants

Certains plats parmi les plus typiques ont une origine précolombienne. Riche et variée pour les uns, un peu lourde ou trop épicée pour les autres, la cuisine mexicaine vous plaira... ou pas.
Dans le centre du pays, on pourrait dire qu'il s'agit d'une cuisine de paysans pauvres, à base de farine de maïs, qui peut atteindre un certain raffinement. Au Yucatán, les saveurs deviennent plus variées. Dans le Nord, on mange de bonnes viandes bovines, et sur les côtes beaucoup de poisson et quelques fruits de mer...

La tortilla : c'est la base de la cuisine mexicaine et elle accompagne la plupart des plats. Préparée avec des grains de maïs (ou plus rarement de blé) détrempés dans une mixture de chaux et d'eau. On lui donne la forme d'une galette.

- Le taco : tortilla garnie de viande de bœuf, de porc, de poulet, de foie ou de cervelle. Le sandwich mexicain, quoi !
L’enchilada : tortilla bourrée de viande ou de poulet, avec du fromage, mijotée dans une sauce au piment, avec de la tomate et des oignons.
La quesadilla : tortilla garnie au choix de fromage, viande, champignons, flor de calabaza (fleur de courgette), cervelle…Elle peut être frite dans l’huile ou cuite sur une plaque.
- Le guacamole : purée froide d'avocat écrasé, additionnée d'oignons et de coriandre fraîche, relevée d'une pointe de piment, et arrosée d'un filet de citron vert..
Les chilaquiles : morceaux de tortilla frite avec des oignons, du fromage râpé, du chile rouge et de la crème fraîche.
Les gorditas : « petites grosses » en bon français. Petites galettes épaisses, nature ou fourrées au fromage, à garnir de l'accompagnement de son choix.

Les fruits

Le Mexique est le paradis des fruits tropicaux : ananas, bananes, papaye, mangue, goyave ; et d'autres moins connus. 

Boissons

La bière : presque une boisson nationale. Outre la Corona, on connaît la Sol, mais il existe des dizaines d'autres marques de bière mexicaine.

- Principaux concurrents de la bière, les innombrables sodas et autres boissons gazeuses aux saveurs chimiques, inondent le marché mexicain. Les refrescos occupent ainsi la moitié du frigo. Boostés par un marketing conquérant, le Coca-Cola et son rival Pepsi règnent en maître.

Les jus de fruits : on les rencontre sous plusieurs formes, et bon marché chez les vendeurs ambulants et sur les marchés ou (moins intéressants) en bouteille, en berlingot ou en canette dans les épiceries. Les licuados sont des fruits mixés avec du lait, la version mexicaine du milk-shake.

L'agua fresca : une autre boisson fameuse et typique, appelée aussi agua de sabor (« eau de goût »). Elle est servie notamment avec le menu du jour dans les restos populaires. C'est un jus de fruits allongé d'eau plate, très rafraîchissant et bon marché.

L'eau : une boisson que les Mexicains ne consomment presque pas. En tout cas, jamais au resto.On ne boit pas celle du robinet ! Elle n’est pas potable, au sens occidental du terme.

- La tequila : c'est LA boisson nationale. Il y a l'embarras du choix avec plus de 500 marques et autant de bouteilles.
Boire la tequila est une véritable cérémonie : mettre une pincée de sel sur le revers de la main (dans le creux entre les tendons du pouce et de l’index), puis l’avaler. Ensuite, boire la tequila cul sec. Terminer en suçant un quartier de citron vert.

- À Oaxaca, la boisson du coin est le mezcal. Comme la tequila, c'est un alcool d'agave, le maguey, obtenu à partir du cœur de ce cactus.

- L'alcool préhispanique s'appelle le pulque. Il est fait à base de maguey, fermenté au lieu d'être distillé. On peut le boire nature ou fruité.

- Les vins mexicains sont nombreux et proviennent, pour la plupart, de Basse-Californie et de l'Hidalgo. Ceux qui sont de bonne qualité demeurent assez coûteux.

- Côté cocktails : le coco loco, mélange de coco et de rhum. Il est surtout servi sur les plages. La cucaracha, mélange de tequila, d'alcool de café et d'autres liqueurs, le tout flambé. 
Dans les fêtes ou ferias, vous pourrez goûter aux cantarritos, mélange de tequila, jus de citron, grenadine, orange, ananas et Squirt (boisson gazeuse genre Sprite), avec du piment et du sel, le tout servi dans des pots en terre. Enfin, il y a l'éternelle piña colada et la très mexicaine margarita.

- Quant au café, bien que le Mexique soit producteur, il est plutôt délavé. Heureusement, on trouve des espresso et cappuccino dans les bons restos et dans les cafés branchés des grandes villes et des endroits touristiques. Une des spécialités du Mexique traditionnel est le cafe de olla, parfumé à la cannelle.

- Ne pas oublier de goûter l’atole, sorte de bouillie liquide à base de maïs. On en trouve souvent sur les marchés.

Cuisine mexicaine 1

Date de dernière mise à jour : jeudi, 15 Décembre 2016

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !